Comment est fixé le prix d’un crédit carbone ?

Aimery Cayol
January 11, 2022
Blog
Comment est fixé le prix d’un crédit carbone ?
De plus en plus d’entreprises s’engagent dans une trajectoire bas-carbone. Cela passe d’abord par une suppression et une réduction des émissions de gaz à effet de serre pouvant l’être. La dernière étape consiste à contribuer à l’objectif de neutralité carbone mondial à hauteur des émissions carbone incompressibles. Ainsi, une entreprise ayant déjà agit au maximum sur ses propres émissions peut investir dans des projets extérieurs, qui stockent du carbone, par le biais des crédits carbone. Cela représente un véritable engagement financier ; il est important de comprendre le prix afin de donner un sens à cette action.

Avant tout, petit zoom sur les crédits carbone…🔎

Qu’est ce qu’un crédit carbone ?

Pour compenser ses émissions résiduelles, il est possible de faire appel à des crédits carbones.

Crédit Carbone : Unité qui voit le jour dans le cadre du protocole de Kyoto.  Émission d’une tonne d’équivalent dioxyde de carbone, mise sur le marché du carbone. Synonyme : Unité de réduction certifiée des émissions, URCE, quota-carbone

💡Pour illustrer, voici un exemple : Une entreprise émet 2 tonnes de carbone incompressibles. A quelques kilomètres de ses bureaux, une ferme stocke dans son sol - grâce à la mise en place d’une agriculture régénératrice - 2 tonnes de carbone. Alors, l’entreprise peut acheter 2 crédits carbone à la ferme, et ainsi contribuer à l’objectif de neutralité carbone mondiale.

Comment est attribué un crédit carbone ?

Devenir porteur de projet, c’est-à-dire émetteur de crédits carbone, passe par 3 étapes :

  1. Démontrer l’éligibilité de son projet : il est important avant toute chose de comprendre les enjeux et confronter son projet aux exigences de la labellisation. Il s’agit donc de prouver qu’il n’aurait pu avoir lieu hors du cadre de la contribution carbone.
  2. Connaître l’impact de mon projet : cette seconde étape consiste à estimer les crédits carbone qui pourraient être créés, c’est-à-dire le nombre de tonnes de carbone qui pourront être évitées.
  3. Trouver la bonne certification : à titre personnel ou par le biais de sa coopération par exemple, il est nécessaire de choisir un Label afin de pouvoir vendre ses crédits carbone. Le label se choisit selon votre type de projet, et définit un processus de certification ainsi qu’une méthodologie propre.
Comment est attribué un crédit carbone ? Source : INFCC

Alors, comment est calculé le prix d’une tonne de carbone ? 💸

Aujourd’hui, le prix du carbone dans le monde varient énormément selon le type de projet : il peut aller de 0.50€ à 300€. En France, le prix moyen du crédit carbone vendu par le biais du Label Bas Carbone est à 32€.

Combien coûte un crédit carbone ? Source : INFCC

Ce tarif se justifie selon les investissements, le coût du projet et le coût de la certification.

Par exemple, un crédit carbone en France est plus cher qu’un crédit carbone à l’autre bout du monde, et cela s’explique par les différentes étapes qui assure la viabilité du projet :

1. On réfléchit : comment mettre en place des puits de carbone de façon durable et régénérative ? 🧠

2. On agit : mise en place concrète du projet au travers de différentes actions (plantation de haies ou d’arbres, diminution des intrants en agriculture...) 🚜

3. On certifie : on prouve que la démarche à du sens et des co-bénéfices, sur le long terme 📋

Ces 3 processus qui ont un prix, auxquels se soustrait les revenus liés aux co-bénéfices des actions misent en place. En outre, ce processus ne tient pas compte de la marge que prend l’acteur de la mise en place du projet.

Notons également que le prix varie en fonction de certains facteurs :

- La localisation : un projet en France, qui est traçable et certifié, coûte plus cher qu’un projet hasardeux à l’autre bout du monde

- Le type de certification : Label Bas Carbone, Verra, Gold Standard…

- Le type d’activité : il revient plus cher de mettre en place une agriculture régénénérative que de planter des arbres

- Les co-bénéfices impliqués, le nombre d’acteurs sollicités et bien-sûr le volume de crédit carbone achetés

De fait, comment fonctionne le marché du carbone volontaire ? 🤝

Comment vendre un crédit carbone ?

Pour vendre ses crédits carbone, un agriculteur doit passer par un porteur de projet c’est-à-dire un organisme qui agrège plusieurs agriculteurs inscrits dans une même démarche bas carbone.

Cet organisme mandataire va alors accompagner les producteurs dans la mise en place et dans la valorisation des bonnes pratiques : il aide à la gestion administrative, au soutien logistique, fournit des conseils de certification par mutualisation, aide à la communication et à la négociation avec les acheteurs…

Afin de rapprocher monde agricole et monde de l’entreprise, et pour faciliter la relation porteurs de projet - financeur, il existe des entreprises dédiées, comme TerraTerre.

Combien un agriculteur gagne en vendant des crédits carbone ?

En France, un agriculteur gagne en moyenne 40€ par tonne de carbone vendues ; À l'international, une tonne de carbone vaut en moyenne 10€.

De cette manière, en fonction du type d’exploitation et des leviers mis en place, un agriculteur peut espérer un gain de 0,5 à 1,5 crédits carbone par hectare et par an.

Les financeurs sont donc des entreprises qui souhaitent s’engager dans une stratégie bas carbone et ainsi contribuer à l'objectif de neutralité carbone mondiale. Cependant, il est important de noter que les crédits carbone ne sont effectifs qu’au bout de 5 ans, au terme de l’audit final du porket.

Combien un agriculteur gagne-t-il par crédit carbone vendu ?

A l’inverse, comment fonctionne le marché de contribution carbone obligatoire ?

Parce que, oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, la contribution carbone volontaire ne suffit pas : toutes les entreprises ne sont pas prêtes à s’engager “gratuitement”.

C’est pourquoi la contribution carbone obligatoire ou forfaitaire a été imposée par les États signataires du protocole du Kyoto aux entreprises les plus polluantes du pays. En France, 1000 entreprises les plus polluantes, issus des secteurs comme l’énergie, l’aviation, la production ou encore la transformation de métaux ferreux, sont concernées.

Ainsi, chaque entreprise concernée se voit attribuer un quota de carbone (c’est-à-dire un nombre maximum de tonnes de CO2 qu’elle peut émettre par an). Mais, que se passe-t-il si ces entreprises dépassent ce seuil de pollution annuel ?

  • Option n°1 : elles s’exposent à une amende
  • Option n°2 : elles rachètent des quotas carbone aux entreprises n’ayant pas atteint leurs quotas annuels.

C’est un mécanisme incitatif censé pousser les plus gros pollueurs à baisser leurs émissions. Il existe donc un marché des crédits carbone obligatoire : Un des marchés les plus abouti en ce sens est l'European Union Emissions Trading System (EU ETS ).

Qu'est-ce que le marché des crédits carbone obligatoire ?

Quel est l’avenir du crédit carbone ?

On observe ces dernières années une prise de conscience face à l’urgence climatique : à l’échelle des entreprises, cela se traduit par une volonté de plus en plus forte de s’engager dans des stratégies bas carbone.

De fait, la demande des acheteurs augmente alors que l’offre sur le marché du carbone volontaire non. Entre janvier et décembre 2021, on estime que les stocks de crédits carbone volontaire ont chuté de 50% : à ce rythme, l’inventaire actuellement disponible risque d’être épuisé dans les prochaines années. Notons que les crédits carbone issus des nouveaux projets prennent entre 1 et 5 ans à arriver sur le marché.

Cette lacune entre offre et demande crée une forme de pression qui entraîne une augmentation des prix, ce qui chamboule les trajectoires bas carbone des entreprises.

Selon les prévisions gouvernementales, les échanges mondiaux en crédits carbone pourraient être multipliés par 15 d’ici 2030, et 100 d’ici 2050. Ses chiffres sont en accord avec le plan France 2030, la stratégie nationale bas-carbone ainsi que les accords de Paris qui tous deux visent une transition écologique et une réduction des émissions de GES.

Le cours du carbone en décembre 2021. Source : Les Echos

SOURCES :

https://www.ecologie.gouv.fr/prix-du-carbone

https://www.sami.eco/blog/credit-carbone

https://www.monpetitforfait.com/energie/aides/achat-credit-carbone

https://www.greenly.earth/blog-fr/credits-carbone-definition-prix-achat-et-greenwashing

https://www.hellocarbo.com/blog/compenser/credit-carbone/

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/prix-carbone_4p_DEF_Fr.pdf

https://www.info-compensation-carbone.com/ecosysteme/le-label-bas-carbone/

https://www.climatmundi.fr/credits-carbone-_l_FR_r_54.html

https://www.info-compensation-carbone.com/porteur-de-projet/

https://blog.spotifarm.fr/tour-de-plaine-spotifarm/label-bas-carbone-quels-revenus-pour-les-agriculteurs

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/le-carbone-bat-un-nouveau-record-historique-a-80-euros-1369458

https://www.ecologie.gouv.fr/marches-du-carbone

Partager cet article
Aimery Cayol
View all
Category one
Category two
Category three
Category four
Nos autres articles
Candice HEYMAN
TerraTerre (by Agoterra)
January 9, 2022

Régénérez les écosystèmes. Soutenez l’agriculture dont nous avons besoin.

Merci, votre message a bien été envoyé.
Nous revenons vers vous très vite
Oops! Quelque chose ne va pas.