Exemple d'une démarche climatique rigoureuse : Carmila !

Aimery Cayol
November 2, 2022
Blog
Exemple d'une démarche climatique rigoureuse : Carmila !

Carmila contribue à la transition agro-écologique de producteurs français! 

Focus sur la démarche de lutte contre le réchauffement climatique de Carmila,  initiée il y a quelques années de façon assez classique par un bilan carbone et qui aujourd’hui nous emmène au coeur d’une ferme située près de Cholet . Que s'est-il passé entre les deux ?
La réponse ici👇

 

Carmila et ses centres commerciaux, engagés auprès de 10 agriculteurs locaux

Quel rapport peut exister entre Carmila, société immobilière en charge de 129 centres commerciaux sur l’ensemble du territoire français, et un agriculteur du Maine-et-Loire ? 

A priori rien, mais c’est sans compter sur la démarche RSE du groupe qui s’est engagé, depuis 2019, dans une trajectoire de décarbonation aussi ambitieuse que rigoureuse, qui comprend trois étapes distinctes : 

  1. La mesure de l’empreinte carbone de l’entreprise
  2. La mise en place d’une stratégie de réduction des émissions en optimisant les consommations énergétiques et en faisant la part belle aux énergies renouvelables.
  3. La contribution à l’objectif de neutralité carbone mondial passant par le financement de projets de réduction ou de capture de CO2

Comment cela s’est-il matérialisé pour Carmila, qui détient 214 centres commerciaux attenants à des hypermarchés Carrefour en France, Espagne et Italie?
Tout commence par la mesure du bilan carbone complet de l’entreprise dès 2019, rapidement suivi par des audits techniques ayant pour objectif d’identifier les actions à mener pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments d’une part et s’orienter vers des énergies moins carbonées d’autre part : généralisation des systèmes de régulation pilotage (GTB), relamping LED, remplacement des chaudières gaz par des équipements basés sur de nouvelles technologies comme les systèmes adiabatiques…

Après avoir mesuré, et engagé les programmes de réduction, restait donc l’étape de la contribution carbone, c'est-à-dire participer au développement des puits de carbone naturels ! Et le deuxième puits de carbone en Europe, ce sont les sols, et donc l’agriculture. Carmila a donc décidé de soutenir 10 agriculteurs proches de ses centres commerciaux par l’intermédiaire de TerraTerre, afin de renforcer sa stratégie bas carbone et éviter ainsi près de 4 200 tonnes de carbone. Au-delà d’une démarche de contribution financière, l’entreprise a souhaité développer une relation durable avec les agriculteurs soutenus, en allant par exemple leur rendre visite sur leur ferme.

Corinne Teste, directrice RSE chez Carmila, témoigne : « Notre partenariat avec TerraTerre nous permet de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en aidant des agriculteurs dans leur transition agro-écologique. Cette contribution locale à la neutralité carbone est totalement alignée avec nos valeurs d’ancrage territorial et notre engagement sociétal pour sensibiliser nos collaborateurs et nos visiteurs aux enjeux de la transition écologique ».

Pour en savoir plus sur la stratégie RSE de Carmila : https://www.carmila.com/rse/

 

Carmila à la rencontre du Gaec de Lact'Ajoux

Christophe et François Augereau, agriculteurs en Maine-Et-Loire, sont les gérants d’une des 10 fermes soutenues par Carmila. Les 2 frères, qui ont effectué un premier diagnostic carbone en 2017, ont mis en place de nombreux leviers bas carbone sur leur ferme : diminution de l'importation du soja, plantation d’arbres et de haies, valorisation des déjections animales… Ils sont aussi très engagés avec la laiterie “C’est qui le Patron ?!”. En tout, près de 840 tonnes de carbone seront évitées ou séquestrées sur 5 ans, et valorisées sous forme de crédits carbone labellisés auprès d'entreprise contributrice comme Carmila.

Ces actions ont par ailleurs de nombreux co-bénéfices, au-delà du carbone : préservation de la biodiversité, qualité de l’eau, qualité des sols, amélioration des conditions de vie de l’agriculteur ou encore qualité des produits. 

Début octobre l’équipe RSE de CARMILA a donc passé une journée sur cette ferme, qui se situe à quelques dizaines de kilomètres seulement d’un de leur centre commercial, pour comprendre concrètement la mise en place de ces leviers.

Visite de Ferme Carmila

Ils étaient 25 collaborateurs, de toute la France et engagés sur les sujets RSE de leur entreprise. La Présidente-Directrice Générale de Carmila, Marie Cheval, était par ailleurs présente. 

Cette journée, organisée par TerraTerre et les agriculteurs, a été riche en échanges et découvertes : visite de la ferme et découverte de la traite des vaches, explication sur le fonctionnement de l'agroforesterie et l’importance de réimplanter un bocage, et temps en équipe afin de travailler sur la stratégie RSE de l’entreprise. Tout cela entrecoupé par un bon repas partagé dans la grange. 

Des élus locaux, la chambre d’agriculture régionale, la marque C’est qui le Patron ?! et des associations de bocage et de méthanisation étaient présents pour cette journée. 

C’est grâce à ce type de rencontres qui rassemblent une grande diversité d'acteurs de la chaîne alimentaire, que des solutions pertinentes peuvent être mises en place.

Visite de Ferme Carmila (avec TerraTerre)

L’agriculture, un puits de carbone pour contribuer à l’objectif climatique

Selon les études menées par les experts du GIEC, le dérèglement climatique associé à l’agriculture intensive mènent à des conséquences catastrophiques : les sols sont moins fertiles puisqu’ils ne peuvent plus assimiler les nutriments nécessaires, l’eau est moins bien filtrée (le sol est plus sec), il y a plus de maladies dans les cultures (et donc plus de traitement), le sol ne respire pas et donc ne stocke pas assez de carbone… En 2017, 25% des sols étaient dégradés à l’échelle mondiale, et ce sont près de 40% des sols qui le sont aujourd’hui, affectant jusqu’à 50% de la population mondiale (selon l’UNCCD).

Ces prévisions rappellent donc l’urgence et la nécessité d’agir grâce à des solutions tangibles qui existent déjà, telle l’agroécologie.

Mais qu’est-ce que l’agroécologie au juste ?
C’est un ensemble de pratiques inspirées du fonctionnement du vivant favorisant plus de vie et de biodiversité dans les sols et dans le fonctionnement de la ferme. L’agroécologie encourage l’augmentation du taux de matière organique qui permettra au sol d’être plus riche, plus fertile et de séquestrer naturellement plus de carbone. Au-delà des pratiques agronomiques, l’agroécologie est une philosophie qui vise à amener plus d’équilibre dans le rapport producteur-consommateur.
D’après une étude du Ministère de l’agriculture, la quantité de carbone émise dans l’atmosphère augmente chaque année de 4,3 milliards de tonnes. Les sols du monde contiennent quant à eux 1 500 milliards de tonnes de carbone sous forme de matière organique. Ainsi, si l’on augmente la quantité de carbone contenue dans les sols de 0,4% par an, on compense l’augmentation annuelle de CO2 dans l’atmosphère.

 

Accélérer la transition agroécologique grâce à la stratégie bas carbone des entreprises

TerraTerre est une entreprise à mission qui connecte entreprises et agriculteurs d’un même territoire. Sa raison d’être : promouvoir une agriculture raisonnée, basée sur des pratiques respectueuses des sols et du vivant.

Ainsi, TerraTerre s’appuie sur la démarche MRC (Mesurer l’impact carbone - Réduire ses émissions - Contribuer à l’objectif de neutralité carbone mondiale) et propose aux entreprises de soutenir la transition agroécologique de leur territoire au travers de l'achat de crédits carbone. Concrètement, ces entreprises aident financièrement des agriculteurs dans la mise en œuvre d'une agriculture régénératrice : réduction des intrants, plantation de haies, mise en place de cultures de couverture, augmentation des prairies, changement d'alimentation du troupeau…

Une tonne de gaz à effet de serre évitée ou séquestrée par la mise en place de ces pratiques correspond à un crédit carbone certifié par le Ministère de la Transition Écologique, que les entreprises ont la possibilité d’acquérir afin de s’engager pour le climat. Cela leur permet de soutenir concrètement l’agriculture de leur territoire et d’aller plus loin dans leur engagement pour le climat. Ainsi, ce sont déjà 1 457 agriculteurs qui ont été accompagnés par des entreprises comme Carmila depuis la création de TerraTerre, en lien avec ses partenaires agricoles tels que FCAA, Gaiago, Rize, Sysfarm… 

 

Partager cet article
Aimery Cayol
View all
Category one
Category two
Category three
Category four
Nos autres articles
Candice HEYMAN
November 2, 2022
Candice HEYMAN
October 3, 2022

Régénérez les écosystèmes. Soutenez l’agriculture dont nous avons besoin.

Merci, votre message a bien été envoyé.
Nous revenons vers vous très vite
Oops! Quelque chose ne va pas.