Qu’est-ce qu’un crédit carbone en biodiversité ?

Candice HEYMAN
November 2, 2022
Blog
Qu’est-ce qu’un crédit carbone en biodiversité ?

βίος signifie la vie en grec. Mais les derniers chiffres du rapport Planète Vivante (WWF) donnent le vertige : entre 1970 et 2018, la taille moyenne des populations de vertébrés sauvages a décliné de 69%.
Pourquoi donc la Vie recule-t-elle partout ? La cohabitation avec la civilisation humaine contemporaine est-elle impossible Pour éviter la catastrophe annoncée deux solutions s’offrent à nous:
- changer nos modes de production et de consommation
- créer des sanctuaires où la Vie serait protégée
Or pour les émissions de gaz à effet de serre (GES), le système des crédits carbone permet justement de mesurer et de certifier les réductions d’émissions et le stockage effectif de CO2 dans des solutions naturelles. Pourrait-on appliquer la même logique pour le vivant et ainsi créer des crédits biodiversité ? D’ailleurs, les crédits carbone ne permettent-ils pas déjà d’agir en faveur de la biodiversité ? Réponses 👇

Qu’est-ce que la biodiversité ? Quelles sont les menaces à la biodiversité ?

Il est bien difficile de définir la biodiversité tant, comme l’indique son nom, la vie est fourmillante et complexe.

Biodiversité :  « la variabilité des êtres vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie : cela comprend la diversité au sein des espèces, ainsi que celle des écosystèmes » - Convention sur la biodiversité biologique, 1992

Sans refaire l’histoire entière du mot, on observe sa popularisation en 1992 lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro : c’est d’ailleurs à ce moment que commence la prise de conscience du risque lié au réchauffement de l’atmosphère, preuve que crise climatique et crise du vivant sont intimement liés.

La Science distingue trois grandes catégories de biodiversité :

  • la biodiversité écologique (les écosystèmes) renvoie à la diversité des écosystèmes. Il s’agit donc de toutes les relations qui se produisent entre les différents organismes qui vivent dans un certain écosystème (forêt, mer, montagne…).
  • La biodiversité spécifique (les espèces) renvoie à la multitude des espèces qui existent sur terre. Aujourd’hui, environ 2 millions d'espèces ont été répertoriées et les scientifiques estiment qu’il en existe entre 8 et 20 millions à découvrir.
  • La biodiversité génétique (les gènes) renvoie à l’évolution et la variation des gènes des populations vivantes qui se transmettent de génération en génération. C’est grâce à l’information contenue dans les codes génétiques que chaque espèce à su s’adapter à son habitat au fur et à mesure du temps.

Les 3 types de biodiversité. Source : Save4Planet

En somme la biodiversité constitue le "tissu vivant de notre planète”: c’est l’ensemble du vivant qui nous entoure.

La biodiversité est donc à la fois un réservoir indispensable pour l’Homme, mais également une protection contre les risques environnementaux. En agriculture par exemple, elle permet la régénération des sols qui nous nourrissent, la meilleure absorption de l’eau contre les inondations.

Alors, pourquoi aujourd’hui la biodiversité est en danger ?

Aujourd'hui, l’Union internationale de la conservation de la nature estime que 28% (37 480 espèces sur les 134 425 étudiées) des espèces sont menacées, 35% des zones humides ont disparu dans le monde depuis 1970, et les forêts tropicales pourraient disparaître d’ici 50 à 70 ans Les scientifiques s'inquiètent d’une vague d’extinction 100 à 1000 fois supérieure au taux d’extinction naturel, et parlent même d’une potentielle sixième extinction de masse.

5 facteurs expliquent cette détérioration de la biodiversité :

  1. L’artificialisation des milieux naturels, qui abîme profondément les sols, les empêche d’accueillir la vie et perturbent les écoulements.
  2. Les pollutions de l’air, du sol, de l’eau mais également lumineuse et sonore
  3. La surexploitation des ressources naturelles
  4. Les changements climatiques qui impacte directement la vie des écosystèmes
  5. La propagation d’espèces exotiques envahissantes dûes notamment à la mondialisation
5 causes majeures de l’érosion de la biodiversité. Source : Ministère de la Transition Ecologique

Alors, quelles solutions pour protéger nos biodiversités ?

Quelles différences entre crédits carbone et crédits biodiversité ?

D’abord, qu’est ce qu’un crédit carbone ?

Crédit Carbone : Unité qui voit le jour dans le cadre du protocole de Kyoto de 1997.  Émission d’une tonne d’équivalent dioxyde de carbone, mise sur le marché du carbone. Synonyme : Unité de réduction certifiée des émissions, URCE, quota-carbone

💡En d’autres termes un crédit carbone correspond à une tonne de CO2 intentionnellement capturée et stockée dans un puit de carbone naturel. Les crédits carbone permettent aux entreprises engagées dans un plan climat de financer des puits de carbone à hauteur de leurs émissions résiduelles, et ainsi de contribuer à la neutralité carbone globale.

Alors, qu’est-ce qu’un crédit biodiversité ?

Le principe est le même qu’un crédit carbone. Seulement à la place d’une tonne de carbone stockée, un crédit biodiversité va mesurer, certifier et garantir “un gain quantifié en biodiversité résultant de mesures visant à restaurer, établir, améliorer et/ou préserver la biodiversité" selon Matthieu Wemaere (chercheur au CERIC). Ces gains seraient ensuite stockés dans des “biobanques” (entités organisées, assurant la gouvernance et la gestion de ressources biologiques).

C’est aujourd’hui un concept qui est en pleine construction, c’est pourquoi il n’existe pas encore de certification officielle ni de marché régulé.

Quel est l’impact des crédits carbone sur la biodiversité ?

Par définition un crédit carbone choisi comme métrique de référence le carbone, c'est-à-dire le nombre de tonnes de CO2 évitées ou capturées grâce à un projet.

Mais très souvent un “projet carbone” s’accompagne de co-bénéfices : replanter une forêt permet certes de stocker du carbone dans le bois des arbres, mais cela offre également un abri pour la faune et la flore locale, cela permet une meilleur rétention et un filtrage des eaux, une meilleure qualité de l’air, une meilleure résistance des sols à l’érosion…

Tous ces co-bénéfices peuvent être mesurés et pris en compte par les crédits carbone.

Si l’on prend l’exemple des crédits carbone en agriculture, voici les bénéfices qu’ils présentent, en plus du stockage carbone (selon les leviers mis en place) :

  • amélioration de la qualité de l’eau et de l’air
  • meilleure rétention en eau du sol
  • conservation de la biodiversité
  • amélioration de la fertilité des sols
  • réduction de la consommation d’énergies fossiles
  • lutte contre l’érosion des sols
  • amélioration de la qualité nutritionnelle des produits

Notons aussi les co-bénéfices sociaux :

  • investissements locaux via les crédits carbone
  • revenus supplémentaires pour les agriculteurs via les crédits carbone
  • chemin vers une alimentation plus saine

liste non-exhaustive.

Comment un crédit carbone contribue au développement durable ? Source : INFCC

Comment les co-bénéfices sont pris en compte dans la mesure de crédits carbone ?

Vous vous en doutez, calculer des indicateurs de suivi directs n’est pas possible, au vu de la diversité et l’abondance des espèces et facteurs.

De fait, le Label Bas Carbone définit trois principes clefs pour mesurer les crédits carbone :

  1. “viser des actions complémentaires concernant différents processus écologiques et choisir les indicateurs en conséquence.”
  2. “privilégier des références internes à des normes externes établies sur d’autres territoires.”
  3. “ne pas oublier que le projet doit être piloté par les objectifs de biodiversité et pas par les indicateurs.”

Ainsi, 3 indicateurs ont été défini, que l’on peut rassembler en 3 catégories :

  1. Indicateurs concernant la composition du paysage :
  • Diversité des cultures
  • Pourcentage de couverts favorables aux insectes
  • Pourcentage de prairie temporaire plurispécifique
  • Pourcentage de couverts favorables aux insectes
  1. Indicateurs concernant l’absence de perturbation :
  • Pourcentage de surface semi-naturelle
  • Pourcentage de surfaces non-traités
  • Travail du sol
  1. Indicateur concernant la configuration du paysage :
  • taille des parcelles

Une amélioration sur au moins un indicateur par catégorie est préférable à une amélioration de plusieurs indicateurs sur un seul groupe.

Ainsi, les crédits carbone comprennent au sein même de leur mise en place une protection et même une amélioration de la biodiversité. En effet, on ne peut stocker du carbone qu’en prenant soin du vivant, et ainsi en protégeant la biodiversité.

SOURCES :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Biodiversité

https://inpn.mnhn.fr/informations/biodiversite/definition

https://www.projetecolo.com/les-3-niveaux-de-la-biodiversite-13.html

https://www.ofb.gouv.fr/quest-ce-que-la-biodiversite

https://biodiversite.gouv.fr/en-quoi-la-biodiversite-est-elle-menacee

https://positivr.fr/apres-les-credits-carbone-les-entreprises-pourront-elles-bientot-acheter-des-credits-biodiversite/

Partager cet article
Candice HEYMAN
View all
Category one
Category two
Category three
Category four
Nos autres articles
agriculture régénérative
Bas carbone

Exemple d'une démarche climatique rigoureuse : Carmila !

Aimery Cayol
November 2, 2022
Candice HEYMAN
October 3, 2022

Régénérez les écosystèmes. Soutenez l’agriculture dont nous avons besoin.

Merci, votre message a bien été envoyé.
Nous revenons vers vous très vite
Oops! Quelque chose ne va pas.