Qu’est ce que l’agriculture régénératrice ?

Candice HEYMAN
March 30, 2022
Blog
Qu’est ce que l’agriculture régénératrice ?

Drôle de situation que celle de l'agriculture au XXIeme siècle :
D'un côté le réchauffement climatique met à mal l'ensemble du système de production alimentaire mondial (sécheresses, inondations, insectes parasites...) basé sur une agriculture dite intensive.
De l’autre l'agriculture actuelle est la source d’un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et est donc en grande partie responsable du dérèglement du climat. Le serpent qui se mord la queue, vous voyez ?  
Pourtant la solution existe : un ensemble de pratiques agronomiques permettant à la fois de rendre l’agriculture plus résiliente aux aléas environnementaux, de décarboner fortement l’ensemble du secteur et de séquestrer du carbone atmosphérique. On appelle ces méthodes agriculture régénératrice ou agriculture de conservation.
Alors, comment faire pour accélérer la transition de l’ensemble du secteur vers de telles pratiques ?


Qu’est ce que l’agriculture régénératrice ? 🌾

           Comment se définit l’agriculture régénératrice ? 📋

Définition de l'agriculture régénérative :

Agriculture régénératrice : nom féminin. Ensemble de pratiques agronomiques visant à restaurer la qualité des sols agricoles grâce aux méthodes de culture et d’élevage raisonnées. En introduisant plus de vie et de biodiversité dans les sols, l’agriculture régénératrice encourage le développement de matière organique qui permettra au sol d’être plus riche, plus fertile et de séquestrer naturellement plus de carbone. Elle participe ainsi à la mitigation du réchauffement climatique. Synonyme : agriculture régénérative, agriculture de conservation des sols

Le concept de l’agriculture régénératrice a donc pour objectif de restaurer la santé des sols en augmentant la teneur en matières organiques des sols, en améliorant leur structure et leur potentiel de stockage de carbone. C'est une philosophie de production qui est inspirée de la permaculture et de l'agriculture biologique, et qui a fait l'objet d'études scientifiques avancées. Cependant, l’agriculture régénératrice va plus loin que le bio.

À l’inverse, l’agriculture dite intensive fatigue les sols par le labour, le traitement excessif des sols ou encore la répétition d’une même espèce cultivée. Le recours permanent aux fertilisants depuis des dizaines d’années épuise les sols au point de mettre en danger le système de production.

Agriculture intensive VS agriculture régénératrice, source: Kiss the Ground

           Quelles pratiques de l’agriculture régénératrice ? 👩🏼🌾

En fonction des types d’exploitation, plusieurs leviers peuvent être utilisés pour passer à une agriculture régénératrice.
En voici quelques-uns :

  • Traitement des sols et fertilisants 🧪

Une agriculture de conservation des sols implique de réduire voire de supprimer le recours aux produits phytosanitaires minéraux et aux fertilisants.
Les produits phytosanitaires et engrais azotés ont de nombreuses externalités négatives sur l’environnement comme la pollution de l’air et des eaux, des atteintes à la biodiversité et bien sûr les émissions de gaz à effet de serre liés à la production et l’épandage de ces produits.  

On peut à la place apporter au sol des matières organiques exogènes qui sont aujourd’hui incinérées ou mises en décharge: du compost, du fumier…

  • La réduction du travail au sol 🚜

Le labour régulier détruit le système racinaire des sols et la matière organique. Or c’est dans les premiers centimètres du sol qu’est stockée la majorité du carbone.
Réduire le travail au sol et le labour c’est améliorer la quantité et la qualité de la biomasse présente dans l’humus, et c’est donc renforcer la fertilité des sols et leur teneur en carbone.
Le passage au semis direct est par exemple une manière efficace de réduire le travail du sol.

  • Rotation des cultures 🌾

Afin d’apporter de nouveaux nutriments nécessaires au sol, il est nécessaire de ne pas enchaîner la même culture chaque année. La clé, c’est la diversification des espèces cultivées !
Ainsi, les cultures en couverture, les cultures en intercalaire ou encore les couverts végétaux visent à régénérer le sol : chaque couvert végétal est à choisir en fonction de la culture que l’on veut développer par suite.

  • Plantation de haies 🌳

Pour protéger les champs de l’érosion (déplacement du sol ou des roches) due au vent ou au pluie.

  • Gestion des troupeaux 🐄

En élevage, l’agriculture régénératrice se traduira pas de leviers d’optimisation de gestion du troupeau.
Par exemple, on peut augmenter la place des prairies, mettre en place un pâturage tournant dynamique, implanter des haies, réduire sa consommation d’électricité et de carburant, réduire l’épandage d’engrais, changer le mode de consommation du troupeau en privilégiant une alimentation locale …

  • Mise en place de cultures intermédiaires et intercalaires

On peut implémenter des cultures intermédiaires pendant la période d'interculture, qui correspond à la période située entre la récolte d’une culture principale et le semis de la culture suivante.
Cette méthode permet non seulement de fixer l’azote mais également d’améliorer le bilan humique d’une exploitation : plus de biomasse rentre dans l’humus grâce aux cultures intermédiaires, et donc plus de carbone est stocké. Augmenter la teneur organique des sols équivaut à les enrichir et donc à les rendre plus résilients. En somme, une agriculture régénératrice est une agriculture du vivant.

  • Développement de l’agroforesterie intra-parcellaire

L’agroforesterie consiste à associer des arbres avec des cultures ou de l'élevage sur une même parcelle.
Les bénéfices de cette pratique sont nombreux : diversification et amélioration de la production des parcelles, restauration de la fertilité des sols par l’apport en biomasse, amélioration de la qualité et du stockage de l’eau, conservation de la biodiversité, stockage du carbone…

           Quels sont les bienfaits de l’agriculture régénératrice ? 🤩

Les services éco-systémiques rendus par l'agriculture de conservation sont légion. Voici les plus notables :

  • amélioration de la qualité de l’eau et de l’air
  • meilleure rétention en eau du sol
  • conservation de la biodiversité
  • amélioration de la fertilité des sols
  • réduction de la consommation d’énergies fossiles
  • lutte contre l’érosion des sols
  • séquestration du carbone dans les sol
  • amélioration de la qualité nutritionnelle des produits

Notons aussi les co bénéfices sociaux :

  • investissements locaux via les crédits carbone
  • revenus supplémentaires pour les agriculteurs via les crédits carbone
  • chemin vers une alimentation plus saine

Les bienfaits de l'agriculture régénératrice, source : L’Union

En tout état de cause, l’agriculture régénératrice remet le vivant au cœur de l’exploitation des sols. Plus d’activité biologique sur un sol, c’est plus de biomasse et de matière organique dans l’humus, ce qui équivaut à augmenter la qualité d’un sol et à renforcer sa capacité à stocker du carbone.
Si l’on prend soin de notre terre, celle-ci nous offrira en retour de multiples co-bénéfices.

6 principes clés de l'agriculture régénératrice. Source : Chateau de Nages

Pourquoi est- il nécessaire de mettre en place une agriculture régénératrice ?

           Qu’est ce que la culture du carbone ? 🌿

Parmi tous les bénéfices, nous pouvons mettre l’accent sur la capacité des sols agricoles à capturer le CO2 présent dans l’air.

Grâce à la photosynthèse, une plante capte le CO2 présent dans l’atmosphère et rejette de l’oxygène. Le CO2 capturé est transmis au sol par les racines, ou est incorporé dans le sol grâce aux déchets organiques. Un sol agricole peut alors servir de puits de carbone.

Puits de carbone. Source : Maxime Lev, Wikipédia

Le carbone est un nutriment nécessaire au bien-être du sol, et permet une bonne fertilisation. De ce fait, un sol riche en carbone s’adapte mieux aux effets du réchauffement climatique.

C’est en ce sens que la France, lors de la COP21 en 2015, lance l’initiative 4 pour 1000 : si l’on augmente de 0,4% la teneur en carbone des sols chaque année, alors on stopperait l’augmentation de la concentration carbone dans l’atmosphère.

Or, pour atteindre cet objectif, certaines pratiques sont à oublier.

En tout état de cause, l'agriculture régénératrice, qui stocke du carbone, peut être soutenue financièrement par des entreprises, par le biais de la contribution carbone. C'est par exemple le cas de Danone, qui est investi dans une démarche de contribution carbone dans les sols agricoles.

            Quels apports de l’agriculture régénératrice par rapport à l’agriculture conventionnelle ?


Les gaz à effet de serre en agroécologie VS en agriculture conventionnelle. Source : The Conversation

L’agriculture conventionnelle a malheureusement un bilan carbone désastreux : 19% des émissions nationales lui sont imputables.

En fait l’agriculture telle que nous la connaissons aujourd’hui est naît après la Première Guerre mondiale, et répond aux problématiques de l’époque : le manque de main d'œuvre face à une population qui a faim. Ainsi, on développe les machines, les traitements, le recours aux produits phytosanitaires… Au fil des années, les exploitations agricoles deviennent de plus en plus grandes, et produisent de plus en plus.

Le travail des sols trop régulier, l’utilisation d’intrants trop intenses, les mono-cultures, la non-couverture des sols empêche le CO2 de rester dans les sols, et la biodiversité de s’y développer. Ainsi, le sol s'appauvrit petit à petit, ce qui nécessite encore plus d’intrants.

Aujourd’hui, l'agriculture conventionnelle représente un quart des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

En somme, l’agriculture régénératrice est une manière de produire respectueuse de l’Homme et de la planète ; parmi ses multiples bénéfices, le stockage carbone apparaît comme une véritable solution pour un avenir durable. Les gaz à effet de serre détruisent à petit feu nos écosystèmes par le réchauffement de l’atmosphère, et l’agriculture conventionnelle ne peut répondre à l’urgence climatique. La transition agroécologique, la mise en lumière de l'agriculture du vivant, est la clé du développement durable. Les pratiques agricoles régénératrices tiennent un rôle central pour lutter contre le dérèglement climatique.

SOURCES :

La régénération international

You Matter

Ognon

Notre site

Euractiv

Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

Les échos

Terre-net

Futura-sciences

Chateau de Nages

The conversation

Partager cet article
Candice HEYMAN
View all
Category one
Category two
Category three
Category four
Nos autres articles
Candice HEYMAN
October 3, 2022
Aimery Cayol
October 3, 2022

Régénérez les écosystèmes. Soutenez l’agriculture dont nous avons besoin.

Merci, votre message a bien été envoyé.
Nous revenons vers vous très vite
Oops! Quelque chose ne va pas.